Yèvre-le-Châtel, en Loiret

dans la catégorie « pas loin de chez nous », nous redoublons de surprise en continuant de découvrir à moins d’une heure de la maison des lieux inédits. Yèvre apparaissait sur une carte touristique comme « plus beaux villages de France » et à quelques km de Pithiviers.
Il fait beau aujourd’hui, alors zou, voiture et petites routes de Beauce !

sur les routes du Pithiverais

Après les immenses champs de blés, apparait le clocher de l’église Saint Gault au creux d’un village arboré.

Un parking aux abords, permet de poser la voiture, le reste se fait à pieds très facilement.

plan de Yèvres-le-Châtel

Nous découvrons un adorable village médiéval fleuri, accroché à son éperon rocheux, avec des ruelles pavées, des murs de pierre, des maisonnettes aux jolies fenêtres en fleurs, des portes anciennes …. Mais laissons parler les photos et promenez vous avec nous :

envolée de balcons

le vieux puits, et derrière lui,

la ruelle aux gourdes, avec les calebasses des coquillards.

Mais où déjeuner ?? important n’est ce pas. nous trouvons un restaurant atypique chez Les Lutins Joyeux.
Un chef organise les repas aidé de jeunes gens trisomiques en insertion professionnelle. Pour l’instant il s’agit d’un salon de thé avec repas de bistro (légumes frais et frites maison !), dans le parc d’une ancienne maison de maître. Nous remercions vivement Brice, de la confrérie du Pithiviers pour son service !

Brice

A présent que nous sommes restaurés, montons à l’assaut de la forteresse. Elle est bâtie sur un éperon rocheux dominant larivière laRimarde, et fut successivement possession romaine, puis de l’abbaye de Fleury (cf article sur Grignon !!) puis elle devient elle même une abbaye dédiée à Saint Gault, un saint breton (encore…) déplacé ici lors des invasions normandes (héhé !). Le château est officiellement rattaché à la couronne de France par Louis VI le Gros et devient fort fort puissant puisqu’il est le seul à ne pas tomber pendant la guerre de 100 ans (ça claque là !).

Elle est formée d’une cour haute entourée de courtines reliées à 4 tours dont 2 permettent d’admirer un magnifique panorama sur la plaine. Dans les anciens logis sont organisés des carrés botaniques de plantes médiévales. Il faut bien noter que la réfection et la mise en valeur de ce village sont portées par l’association « Les Compagnons de la Chatellenie ». Avec un peu de chance vous rencontrerez l’un de ces compagnons qui vous racontera comme à nous, les fleurs et plantes, le château et ses secrets (certains …).

Allez, place à la visite :

l’accès Est.

les jardins botaniques

pour Pauline, un superbe poivrier des moines

pour Léa, une vigne de Romorantin

coucou !!

la plaine de la Rimarde

et nous repartons découvrir l’église Saint Lubin (un évèque local) qui m’a totalement séduite par son petit air d’église écossaise abandonnée. En fait elle ne fut jamais terminée, c’est pour cela qu’il manque toute la toiture. Néanmoins, ce bâtiment a la majesté d’un navire échoué, avec son dallage d’herbes, ses murs sobres, son petit cimetière rouillé….j’adore.

l’église Saint Lubin

que récolte ce petit personnage effacé ?

A bientôt et allez déguster un pithiviers aux amandes à Yèvres-le-Châtel !

Leave a Reply